Rechercher

BILAN NEUROPSYCHOLOGIQUE, PSYCHOMETRIQUE, PSYCHOLOGIQUE : QUEL EST LE MEILLEUR POUR MON ENFANT ?

Dernière mise à jour : 8 juin

Parmi ceux qui souhaitent orienter au mieux leur enfant, on entend beaucoup parler de test «neuropsychologique » ces derniers temps, que ce soit sur les réseaux sociaux ou internet. Beaucoup de parents sont à la recherche de praticiens à même de leur faire passer ce fameux bilan neuropsychologique. Mais est-il toujours le plus adapté ? Existe-t-il d’autres bilans ? En quoi consistent-t-ils ? Quelles sont leurs différences ?

Etude et bilan cognitif

Même si certains savent bien de quoi il s’agit, d’autres sont un peu perdus quant à la définition et au contenu de ces différents bilans. Ce qui se comprend : les termes sont complexes, les éléments s’entremêlent, se confondent. Bref, on ne sait plus où donner de la tête, ni lesquels choisir. Alors faisons le point !




Faire un test de QI : le bilan psychométrique et l’orientation, difficultés scolaires, troubles des apprentissages et haut potentiel


Faire un test de QI

Beaucoup plus connu sous le nom (un peu réducteur) de Test de QI, et beaucoup moins connu sous l’appellation « bilan cognitif » que je préfère utiliser et qui lui correspond également, le bilan psychométrique répond à la nécessité d’explorer le fonctionnement cognitif* de l’enfant. Ce besoin s’exprime à l’origine et le plus souvent dans le milieu scolaire :


· Lorsqu’un enfant éprouve des difficultés scolaires dont on voudrait connaître l’origine


· Lorsque l’on suspecte un enfant d’être à Haut Potentiel Intellectuel (HPI) et que l’on souhaite le confirmer ou non


· Lorsque l’on doit/souhaite orienter un enfant vers une classe spécialisée (SEGPA, ULIS) afin de justifier l’affectation et monter le dossier


*Cognitif : qui concerne le processus d’acquisition des connaissances.


Bilan psychométrique, une méthode éprouvée


Pour procéder à un bilan psychométrique/cognitif on utilise le WISC V. Il s’agit de l’échelle d’intelligence de Weschler pour enfants et adolescents (de 6 ans à 16 ans et 10 mois) qui fait office de référence internationale dans le domaine.

Il s’attache à investiguer les dimensions cognitives qui sont couramment sollicitées dans les conditions d’apprentissage et permet de donner une idée du positionnement de l’enfant sur chacune d’entre elles par rapport à la moyenne des jeunes de son âge. Il met également en avant ses points faibles mais aussi ses points forts.


Ces 5 dimensions et indices sont :

1. Le raisonnement fluide (ou la logique si on vulgarise)

2. La dimension visuo-spatiale

3. La compréhension verbale

4. La vitesse de traitement

5. La mémoire de travail


Nb : « s’entrainer » sur ces différentes dimensions avant une passation n’aura pas d’effet positif. Au contraire, cela n’amènera qu’à biaiser les résultats et l’analyse ne sera pas pertinente.


A noter que d’autres échelles existent pour des tranches d’âges différentes :

· Pour les enfants plus jeunes (de 2 ans ½ à 6 ans de préférence, même si elle peut être utilisée jusqu’à 7 ans ½ en théorie) on utilisera la WPPSI IV

· Pour les adultes (donc à partir de 17 ans) on utilisera la WAIS IV


Il est important de se diriger vers le test psychométrique qui correspond à la tranche d’âge de l’enfant. Sur les périodes où deux tests se chevauchent comme la WPPSI et le WISC, le mieux reste d’échanger directement avec le ou la psychologue pour obtenir son avis sur la question.


D’autres points sont importants :

· La passation du test psychométrique WISC V est censé se dérouler en une fois. Si l’enfant démontre une grande anxiété ou fatigabilité lors des épreuves, il pourra être proposé une deuxième séance qui devra avoir lieu au maximum 7 jours après la première.


· Si votre enfant a déjà passé le test psychométrique en question et que pour une raison ou une autre vous souhaitez lui faire repasser, il est nécessaire d’attendre 1 à 2 ans (dans l’idéal) avant de renouveler la passation. Le but étant de ne pas biaiser les résultats avec un effet test-re-test, l’enfant pouvant se souvenir des subtests ou s’y être « habitué ».


Le bilan neuropsychologique et le cerveau: troubles cognitifs et fonctionnement cérébral


A l’origine, le bilan neuropsychologique est utilisé afin de déterminer le retentissement

cognitivo-comportemental d’une pathologie connue, de contribuer à un diagnostic (le plus souvent directement en lien avec le médecin), de participer aux choix du traitement ou la prise en charge individualisée la plus pertinente (encore une fois en lien avec le médecin), de collaborer à une expertise médico-légale, etc.


Bilan neuropsychologique

Chez les enfants, il peut s’agir d’évaluer de façon très ciblée leur développement cognitif/cérébral suite à :


1. Des maladies neurologiques ou lésions cérébrales (tumeur cérébrale, méningite, encéphalite, épilepsie, trauma crânien, AVC…)


2. La manifestation de troubles assez lourds :

- Troubles praxiques

- Troubles neurologiques,

- Troubles neurodéveloppementaux (retard de langage, problème de développement intellectuel, autisme, problématique d’apprentissage très importante, déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité - TDAH)

- Troubles du comportement

- Troubles psychopathologiques (somatisation, anxiété, trouble de l’humeur)


3. Des difficultés scolaires très préoccupantes et inexpliquées


4. Une situation de Haut Potentiel Intellectuel (HPI) qui pose des problématiques lourdes (migraines à répétition par exemple).


Afin de se rendre compte de l’évolution cognitive de l’enfant, en fonction de la problématique, de l’âge de l’apparition des troubles, de l’efficacité de la prise en charge, du traitement, de la rééducation, une évaluation systématique peut être mise en place pour repérer les difficultés qui se maintiennent et les processus cognitifs qui sont, à l’inverse, en cours de récupération.


Le bilan neuropsychologique se déroule généralement en plusieurs séances, et sur plusieurs heures, car différents tests peuvent être utilisés (en fonction de la problématique étudiée) pour évaluer les fonctions neurologiques et cognitives de l’enfant :

· Test de QI (bilan psychométrique)

· Test du traitement préférentiel des informations

· Test de mémoire

· Test des fonctions exécutives*

· Test des compétences neurovisuelles

· Test de l’attention

· Test de lecture

· Test d’écriture

· Test de mathématiques


*Fonctions exécutives : ensemble des processus mentaux que met en œuvre une personne pour gérer ses comportements, ses pensées ainsi que ses émotions lors d’une situation nouvelle nécessitant de résoudre un problème pour lequel les stratégies que nous utilisons/connaissons habituellement ne suffisent pas.


Le bilan psychologique et les émotions : fonctionnement émotionnel et connaissance de soi

Le bilan psychologique, bien que connu, nous amène à aborder un aspect plus profond et clinique. Il permet avant tout d’analyser de façon globale le fonctionnement psycho-affectif de l’enfant afin de mieux comprendre le ou les troubles qui peuvent l’animer en explorant des éléments précis de sa personnalité, son intelligence émotionnelle, créative et sociale.


Les situations amenant vers ce type de bilan peuvent être très diverses :

· Problématique liée à l’affect (estime de soi, peur du changement)

· Difficultés relationnelles (exclusion, peur de l’autre)

· Trouble émotionnel (phobie, anxiété, dépression)


Le bilan psychologique se déroule la plupart du temps, comme le bilan neuropsychologique, sur plusieurs séances. Le nombre et le choix des différents tests peut varier en fonction de la problématique abordé chez l’enfant et des hypothèses cliniques qui émergent au fil des entretiens.


En fonction de la situation et de la problématique de l’enfant, le bilan psychologique peut comprendre les différents éléments suivant :

· Entretien clinique

· Test de QI (bilan psychométrique)

· Épreuves projectives

· Test de personnalité

· Questionnaire de comportement

· Perception sociale


Le but étant ici d’approcher la sphère affective/relationnelle de l’enfant afin de comprendre pourquoi il exprime ce mal être. Au fur et à mesure des séances les hypothèses de travail s’affinent de plus en plus, le ou la psychologue peut donc choisir d’orienter différemment le travail déjà fait avec l’enfant en proposant d’autres tests pour affiner le diagnostic et le rendre plus précis. Cela permet à terme de mieux appréhender la problématique à la source du mal être vécu par l’enfant et d’adapter la prise en charge afin d’utiliser les bons leviers thérapeutiques.


Vers quel bilan m’orienter pour mon enfant ?

Comment orienter mon enfant

Force est de constater que l’on emploie souvent ces 3 termes - neuropsychologique,

psychologique et psychométrique – pour évoquer simplement la passation d’un WISC V, puisqu’il est présent dans chacun des bilans dont nous avons parlé précédemment. Ce qui amène à penser que, dans un grand nombre de cas, le test psychométrique à lui seul suffit, car il n’est pas toujours nécessaire d’investiguer des éléments neurologiques ou psycho-affectifs. En effet, s’il s’agit de faire le point suite à des difficultés scolaires, de mieux connaître les ressources et fragilités au niveau cognitif, confirmer ou infirmer un HPI ou bien appuyer une demande d’orientation particulière, le bilan psychométrique/cognitif est le bilan le plus à même de répondre à ce besoin.


Passer dans un premier temps par un bilan psychométrique permet à l’enfant une passation beaucoup moins lourde que celle des bilans neuropsychologique ou psychologique, qui nécessitent d’effectuer beaucoup plus de tests, avec des rendez-vous plus nombreux et abordant des problématiques plus spécifiques comme les troubles neurologiques et affections cognitives plus lourdes ou encore les troubles socio-affectif, davantage de l’ordre du clinique.


Le bilan psychométrique/cognitif peut tout à fait précéder un bilan neuropsychologique ou psychologique. Ils seront adaptés si le besoin d’approfondir des problématiques nouvelles sur le plan neurologique ou émotionnel se fait sentir et permettront de poser un diagnostic précis ainsi que de réfléchir à la meilleure prise en charge possible.




51 vues0 commentaire